Véronique Ciccone – La culture de l’autre

Publié le 25 juin 2015

Depuis plus de quinze ans, Véronique Ciccone accompagne personnes handicapées et jeunes en rupture. Aujourd’hui, à la Maison hospitalière des Hauts-de-Cergy, elle fait de la culture son fer de lance.

Les autres, une vocation ? « Étudiante, j’étais déjà animatrice auprès de personnes handicapées », explique Véronique Ciccone. Son diplôme d’éducateur spécialisé en poche, la jeune femme, originaire du sud, commence donc tout logiquement sa carrière aux côtés de personnes atteintes de troubles psychiques et de handicaps physiques. Montée par la suite en région parisienne, elle travaille, entre autres, au service d’accueil et d’accompagnement éducatif Latitudes 78, au contact de jeunes en situation de rupture. « C’est là que j’ai découvert l’approche systémique, qui prend en compte la personne dans son environnement. »
 
Management et culture
Riche de ses expériences professionnelles, Véronique Ciccone postule ensuite à un poste de responsable socio-éducatif à la Maison hospitalière des Hauts-de-Cergy – ouverte en 2011 -, qui resocialise, dans une approche systémique, des personnes atteintes de troubles psychiques. Son rôle initial de manager se complexifie peu à peu : « Le projet culturel de l’établissement prévoit d’amener les pensionnaires vers l’extérieur, mais également de faire venir le reste du monde à l’intérieur. » Aujourd’hui, la Maison hospitalière propose des soirées théâtre et concerts. Elle organise également trois expositions par an, dont une consacrée aux travaux des patients. La dernière, « A visage découvert », présente jusqu’au 21 juillet des portraits des jeunes du lycée Escoffier d’Eragny, signés Sacha Lenormand. Vous y serez ?