Rénovation énergétique : mutualiser pour économiser

Publié le 7 février 2018

La Communauté d’agglomération de Cergy Pontoise accompagne depuis 18 mois un projet expérimental de rénovation énergétique de pavillons dans l’îlot du Valmoutier à Jouy-le-Moutier. Etat des lieux.

Treize foyers du Valmoutier à Jouy-le-Moutier ont signé un contrat d’étude pour la réalisation des travaux de rénovation énergétique de leur pavillon...

A Cergy-Pontoise, la plupart des quartiers pavillonnaires ont été construits dans les années 1970/1980 à la naissance de la ville Nouvelle. Les normes d’isolation étaient alors peu exigeantes. Pour répondre à la Loi dite de « Transition énergétique », visant une division par quatre de nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, tous ces logements devront faire l’objet dans un futur proche d’une rénovation énergétique.

valmoutier, cergy-pontoise, jouy-le-moutier

Un projet expérimental

Dans le cadre de son Plan Climat – Agenda 21, l’Agglomération s’est saisie dès 2015 de ce dossier en menant et finançant un projet expérimental avec des propriétaires de pavillons volontaires de l’îlot du Valmoutier à Jouy-le-Moutier. L’idée ? Faire appel à différents experts pour les accompagner et faciliter leurs prises de décisions dans les différentes phases d’études nécessaires à la rénovation énergétique collective de leurs logements : information, diagnostic énergétique, conseils techniques, aide au montage de dossiers financiers, assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) et choix des travaux…. L’objectif de cette opération est double : pour les propriétaires de pavillons, mutualiser leurs travaux de rénovation énergétique et en diminuer les coûts, pour l’Agglomération, établir une méthodologie, et des outils d’aide à la décision, reproductibles sur d’autres quartiers pavillonnaires du territoire.

Premiers coups de pioche l’été prochain

Aujourd’hui, treize propriétaires, sur les 105 de l’îlot du Valmoutier (soit plus de 12 % d’entre eux), ont signé un contrat d’étude pour la réalisation des travaux de rénovation de leur pavillon avec le maître d’œuvre choisi dans le cadre de l’AMO. Les premiers coups de pioche sont prévus pour l’été prochain. « C’est un résultat encourageant, confie Marc Denis, vice-président de la Communauté d’agglomération chargé du développement durable, mais il va falloir maintenant tirer toutes les leçons de cette opération de rénovation énergétique de l’habitat pavillonnaire et voir comment renouveler l’expérience… ». Affaire à suivre donc.