Mirapolis, la chute d’un géant

Publié le 25 juin 2017

« Mira » évoque le miroir et l’infini, « polis » la grandeur des cités et royaumes antiques. À son ouverture en 1987, le parc de loisirs Mirapolis est promis à un brillant avenir. Au final, un feu de paille. En lieu et place, un nouveau projet devrait voir le jour…

Mirapolis ou la légende du premier parc d’attractions en France. Créé de toute pièce dans les années 80, sur un terrain de 50 hectares à l’extrémité de Cergy-Pontoise, le projet rivalise d’ambition avec les grands parcs américains de l’époque. En 1987, son inauguration en grande pompe par Jacques Chirac est une incroyable publicité pour Cergy-Pontoise. Conçu pour accueillir 2,5 millions de visiteurs/an, Mirapolis compte 29 attractions – le double cinq ans plus tard – dont un grand huit (« Miralooping »), des rapides ou encore un bateau à balancier, 13 boutiques, 8 restaurants, 12 kiosques de restauration rapide… Le rêve démesuré de quelques investisseurs privés.

Mirapolis Cergy-Pontoise bateau à balancier
Le bateau à balancier

Grandeur et décadence

« Entrez dans un monde de folie, le monde de l’histoire, des contes et des légendes de France« , annonce la plaquette de présentation. La thématique du parc est celle des grands romans et contes français. À chaque zone correspond un thème : la ville d’Ys, le château des sortilèges, les Impressionnistes, le palais de Dame Tartine, la forêt de Brocéliande… Clou du parc : sa mascotte, un gigantesque Gargantua de 33 mètres de hauteur, visible depuis l’autoroute A15 et situé pile dans l’axe du boulevard des Merveilles et de la gare de Cergy-le-Haut. Immanquable !

Mirapolis Dame Tartine Cergy-Pontoise
Le palais de Dame Tartine

Un rêve parti en fumée

L’échec de Mirapolis s’explique sans doute par des problèmes de conception, d’entretien, de gestion, mais surtout par un concours de malchances. Dès le 21 mai 1987, le premier jour d’ouverture, les ennuis commencent. Des forains, armés de barres de fer, manifestent à l’entrée du parc contre cette concurrence qu’ils considèrent déloyale. Les affrontements, très médiatisés, font une mauvaise publicité au site. Le lendemain, seuls 300 tickets sont vendus. Mais les forains ne s’arrêtent pas là et multiplient les actes de malveillance : faux billets vendus, saccages d’attractions, clous déversés sur le parking du parc… À tout cela, s’ajoute une météo abominable. Au final, avec 350 millions de pertes accumulées et 600.000 visiteurs/an, au lieu des 2,5 millions attendus, le parc ferme définitivement ses portes en octobre 1991. Les manèges sont démontés, puis revendus en Allemagne. Le rêve est parti en fumée et Mirapolis n’est plus qu’un terrain vague. Mais 25 ans plus tard, sur la terre fertile du parc, un nouveau projet touristique d’éco-village est en cours d’étude. À suivre…

Mirapolis Cergy-Pontoise

Mirapolis Cergy-Pontoise

Mirapolis Cergy-Pontoise

Mirapolis Cergy-Pontoise

Mirapolis Cergy-Pontoise