Le pique-nique zéro déchet

Publié le 23 juillet 2015

L’été, c’est la saison des pique-niques. Qu’il est bon de déjeuner sur l’herbe, dans un parc, à la montagne ou au bord de l’eau. Une occasion de profiter de la nature, mais aussi de la respecter !

Serviettes en coton, vaisselle réutilisable, formats familiaux ou, mieux encore, le "fait maison"...il y a mille manières de pique-niquer sans produire de déchets
Le soleil revient et, avec lui, la saison des pique-niques. Le tableau est idyllique : de l’herbe fraîche, une nappe à carreaux rouges, du pain, du fromage, des fruits… Le seul bémol : la quantité incroyable d’emballages à jeter. Mais un pique-nique sans déchets, c’est possible !
 
Déjeuner sur l’herbe
Les assiettes jetables, les verres en plastique, les serviettes en papier… c’est pratique, mais ce n’est pas écologique ! Il suffit pourtant de quelques astuces pour organiser un pique-nique respectueux de la nature et de votre porte-monnaie. Tout d’abord, pensez à la nappe et aux serviettes en coton – tellement plus agréables ! -, mais aussi à la vaisselle réutilisable, à la gourde et aux boîtes hermétiques pour transporter les aliments. Mais surtout, évitez d’acheter des portions individuelles et privilégiez les formats familiaux ou le « fait maison ». Car les parts individuelles ont une incidence sur l’environnement, mais aussi sur votre budget. Finalement, préparer soi-même son repas reste la meilleure chose à faire pour un pique-nique sain et responsable.
 
Responsable au quotidien
L’air de rien, chaque Cergypontain  jette plus de 334 kg de déchets par an dans ses poubelles. C’est beaucoup trop ! La Communauté d’agglomération s’est donc engagée à réduire de 7% la quantité de déchets ménagers d’ici 2016. Pour changer les mentalités, elle a lancé l’opération « Foyer témoin ». Pendant quatre mois, 37 foyers ont été invités à peser leurs déchets et à appliquer des gestes de prévention. Au final, les participants ont réduit leurs emballages de 10% (soit 20kg /an/hab). En 2014, forts de ces résultats, les Cergypontains avaient déjà rempli la moitié de l’objectif en changeant leurs habitudes : boire l’eau du robinet, recycler les objets, faire du compost, lutter contre le gaspillage alimentaire, coller des « stop pub » sur les boîtes aux lettres, donner ses vêtements à des œuvres caritatives… Alors le pique-nique, ce n’est pas anecdotique !