L’agronomie autrement

Publié le 8 juin 2015

Implantée à Cergy depuis 25 ans, l’ISTOM – Ecole supérieure d’agro développement international – cultive sa singularité et tisse des liens aussi bien avec le territoire qu’avec le monde. Explication.

Chaque année, la majeure partie des nouveaux diplômés de l’ISTOM quitte les bancs de l’école pour découvrir le monde, en route vers leur premier emploi… Car l’ISTOM est une école d’ingénieurs agronomes, certes, mais pas comme les autres. Sa vocation internationale est inscrite dans ses gènes. La preuve : seuls 27 % de ses diplômés exercent en France métropolitaine et plus de 80 % sont en activité sur des postes à dimension internationale.
 
Une approche agro-écologique
Dans le domaine de l’agro-développement, les défis qui attendent les futurs ingénieurs sont nombreux, à commencer par celui-ci : comment nourrir 9 milliards d’habitants tout en respectant la planète et en répondant aux exigences du développement durable ? « La réponse passe essentiellement par une approche agro-écologique, le développement d’une production locale et une meilleure utilisation des terres dans les pays du Sud » assure Eric Ducoudray, directeur de l’ISTOM. Des enjeux auxquels les étudiants sont largement sensibilisés…
 
Un acteur actif du territoire
Autre originalité de l’école : la durée des études. « L’école recrute directement après le bac et, dans ce cas, les élèves sont formés en cinq ans explique Eric Ducoudray. Mais l’admission est également possible en 2ème ou 3ème année, comme dans une école d’ingénieur traditionnelle ». A l’ISTOM, les liens avec Cergy-Pontoise sont anciens, fréquents et nombreux. Des exemples ? La Ville de Cergy est membre du conseil d’administration de l’établissement, environ 15 % des élèves habitent le territoire et l’école fait appel à plusieurs exploitants agricoles de l’agglomération pour les travaux pratiques des étudiants. Sans oublier le dynamisme des associations d’élèves – pas moins d’une quinzaine – qui organisent régulièrement des événements sur le territoire (voir notre encadré).

Pour en savoir plus sur l’ISTOM, rendez-vous sur www.istom.fr