Cergy-Pontoise : le « zéro phyto » avant l’heure

Publié le 12 janvier 2017

Depuis le 1er janvier, les collectivités ne peuvent plus utiliser de produits phytosanitaires pour entretenir l’espace public. Une pratique adoptée par l’Agglomération depuis plusieurs années !

Une prairie de centre ville sans pesticides, fauchée seulement deux fois par an : un gain évident pour notre santé et la biodiversité.
Fini ! Depuis le 1er janvier, les collectivités territoriales n’ont plus le droit de faire appel aux produits phytosanitaires pour l’entretien de leurs espaces verts, promenades, forêts, et voiries. Les produits phytosanitaires font partie de la famille des pesticides. Majoritairement issus de l’industrie chimique, ils sont destinés aux soins des plantes ou à la destruction de plantes indésirables. Dangereux pour notre santé et l’environnement, ils peuvent contaminer les nappes phréatiques et les cours d’eau.
 

Dès 2008

Pour prévenir ce risque sanitaire et écologique, la Communauté d’agglomération n’a pas attendu l’obligation légale. Dès 2008, elle mettait en œuvre une gestion différenciée de ses 533 hectares d’espaces verts, basée sur l’emploi de produits biologiques, le développement du fauchage tardif et du pâturage urbain, l’introduction de plantes vivaces et de paillage dans les massifs fleuris. A leur tour, les services responsables de l’entretien des 126 kms de voirie communautaire ont cessé l’usage de produits phytosanitaires en 2013, et font appel depuis, entre autres, à des débroussailleuses munies de brosses spéciales pour désherber chemins piétons et pavements.


Zéro Phyto : le témoignage de Marie Potage, enseignante en biologie à l’Université de Cergy-Pontoise © CACP
 

Bientôt dans vos jardins

Mais l’Agglomération ne comptait pas en rester là et ses services ont lancé en juin dernier un audit pour optimiser encore l’entretien des espaces publics tout en restant fidèle à la pratique « zéro phyto ». Les résultats de cet audit et le programme d’actions qui en découle seront présentés le 3 mars aux élus communautaires et partagés le 15 mai prochain (voir encadré) avec les Cergypontains dans le cadre d’une réunion publique . Santé, biodiversité, nature retrouvée… il est nécessaire de sensibiliser aujourd’hui les habitants aux enjeux d’une gestion sans pesticides des espaces verts car, dès janvier 2019, la loi s’imposera aussi à leurs jardins.