Arrêt technique : chauffage urbain

Publié le 5 juillet 2019

Comme chaque été, la compagnie de chauffage urbain de Cergy-Pontoise (Cyel) va procéder à l’entretien du réseau intercommunal. Conséquence : 3 jours sans eau chaude pour certains usagers. Qui est concerné ?

Des travaux de maintenance du réseau de chauffage urbain et d’eau chaude sanitaire de l’agglomération vont avoir lieu du 9 au 25 juillet. Mais, grâce à un phasage du chantier, le service pourra être maintenu sans interruption tout l’été pour plus de 65 % des abonnés (50 000 personnes environ).

Pour les abonnés restants (30 000 personnes environ) les opérations programmées ne devraient provoquer des coupures d’eau chaude que sur 3 jours consécutifs.

Pour tous les habitants concernés, un affichage sera réalisé en pied d’immeuble au niveau de chaque cage d’escalier par la compagnie de chauffage urbain de Cergy-Pontoise.

Opération de soudure sur le réseau primaire

CALENDRIER DES TRAVAUX ET SECTEURS CONCERNÉS

Du 9 au 11 juillet :

  • À Cergy : quartiers Les Châteaux, La Croix Saint Sylvère, Le Grand Centre, L’Orée du Bois, Les Plants, Les Touleuses.
  • À Pontoise : quartiers des Maradas, La Palette.
  • À Éragny-sur-Oise : quartiers du Bas-Noyer, Les Bornes aux Dames, La Cavée, La Challe, La Danne, Les Dix Arpents, Les Fonds, Le Grillon, Les Rayes, La Ronière, quartier du Théâtre de l’Usine, Les Villageoises.
  • À Saint-Ouen l’Aumône : quartiers de Chennevières et de Liesse.

Du 23 au 25 juillet :

  • À Cergy : quartiers du Chemin Dupuis, Les Chênes, La Croix Petit, Le Grand Centre.
  • À Pontoise : quartiers Bossut et Saint-Martin

chauffage urbain, chaufferie au gaz, chaufferie des Linandes, Cergy

UN RÉSEAU DE CHAUFFAGE URBAIN PLUS VERT ET PLUS PROPRE

Sur 4 communes (Cergy, Éragny, Pontoise, Saint-Ouen l’Aumône), 33 000 équivalents/logements, 82 000 personnes et 600 000 m² d’équipements publics et de bureaux, bénéficient du chauffage urbain géré par la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise via son délégataire l’entreprise Cyel (filiale de Dalkia).

Ce réseau a l’avantage d’offrir aux habitants connectés une chaleur produite majoritairement à partir d’énergies renouvelables (60% et plus), à un tarif compétitif par rapport à d’autres modes de chauffage plus classique. Et pour répondre aux nouvelles normes en matière d’émission de polluants atmosphériques, depuis 2015, l’agglomération a planifié l’arrêt prochain de la chaudière charbon et, de manière plus générale, les évolutions nécessaires de son parc de chaufferies pour obtenir un « bon mix » énergétique.