Lecture dessinée musicale « Carmen »

samedi 15 janvier 2022, de 16h30 à 17h30
macaron
Carmen©benjaminLacombe
Carmen©benjaminLacombe

C’est une lecture dessinée dansée et musicale inédite de Carmen que propose la Maison des Arts, exceptionnellement dans l’auditorium du conservatoire.

Cécile Roumiguière, « autrice de romans et d’albums en littérature jeunesse, scénariste de spectacles tout public mais aussi réalisatrice de lectures performances et de pas mal d’autres idées qui peuvent lui passer par la tête »,  prêtera sa voix de velours à des extraits choisis de la nouvelle de Prosper Mérimée, pendant que Benjamin Lacombe en dessinera, l’univers, agrémenté des pas de danse d’Aglaé Degryse, et de musique Flamenco.

Parmi un travail d’illustrateur foisonnant, Benjamin Lacombe s’est ainsi »attaqué » à la mythique Carmen. Le style baroque qu’il cultive s’est mis au service de la nouvelle de Posper Mérimée. Fasciné par l’univers des bohémiens et par la culture hispanique scrupuleusement décrite par Mérimé, Benjamin Lacombe imprègne ses illustrations de l’aura surnaturelle, et satanique dont Carmen est affublée. Il l’explique ainsi dans la préface:

« Carmen représente, à elle seule, la tentation originelle faite femme, et ceci en pleine conscience : « tu as rencontré le diable, oui, le diable », dit elle à Don José. Elle est multiple, insaisissable, se métamorphose devant nous, tour à tour, en diseuse de bonne aventure, espionne, amoureuse transie, meurtrière, etc.

Elle est l’ombre, l’esprit du mal qui règne sur toute la nouvelle, celle qui, à bien des égards, pourrait être rattachée au genre fantastique tant son personnage semble avoir littéralement ensorcelé le récit. »

Carmen, une femme, la liberté. L’histoire de Carmen s’inscrit dans un temps, la fin du XIXe siècle, dans une société où les femmes libres font peur. Elle est femme, pluriamoureuse, gitane, sorcière pour certains. On peut se demander si sa façon de vivre ses amours « à la vie à la mort » n’est pas sa manière à elle de se débattre dans les filets masculins qui entravent la société et toute velléité de liberté féminine. Aller au-delà des limites pour les dénoncer. La modernité de Carmen est sans doute dans ce combat désespéré, cette ode à la liberté. Carmen est de son temps, elle est du nôtre, ô combien !

Cette lecture en voix, dessin, musique et danse est un hommage à ce combat pour la liberté.

La Lecture dessinée sera suivie d’une séance de dédicaces de Benjamin Lacombe

Pass sanitaire requis à partir de 12 ans

Réservations ouvertes le 15 novembre

Informations pratiques

Dates et Horaires

Samedi 15 janvier, de 16h30 à 17h30

Tarifs

Gratuit, sur réservation

À partir de

5 ans

Adresse

Auditorium Olivier Messiaen, CRR
Place des Arts
95000 Cergy